IDENTITE

Liste des responsables depuis 1863 :

·          Présidents d'Honneur  :

v           1863 - 1897 : Mr le Baron de Godin d'Arville

v           1897 - 1945 :  Mr le Chevalier de Sauvage

v           1945 - 1969 :  Mr Franz Tasiaux

 

v           1969 - 1999 :  MM. Jacques et Philippe Tasiaux

v           Depuis 1999 : MM. Jean-Pierre et Robert Tasiaux

 

·          Présidents :

v           1863 - 1884 : Mr l'Abbé Jean-Joseph Toussaint

v           1884 - 1895 : Mr Joseph Bailly 

v           1895 - 1951 : Mr Jules Dubois

 

v           1951 - 1989 :  Mr Jean Marchal

 

v           1989 - 2012 : Mr Jean-Pierre Hontoir

 

 

v            Depuis 2012 - 2016 : Mr Didier Boly

 

·          Directeur de la musique :

v           1863 - 1871 : Mr Pirlet

v           1871 - 1882 : Mr Henri Labory

v           1882 - 1919 : Mr Jules Bastin 

v           1919 - 1937 : Mr Joseph Dubois

v           1937 - 1945 : Mr Adolphe Bastin

v           1945 - 1947 : Mr Gustave Istat

 

v           1947 - 1970 : Mr René Delisée

v           1970 - 1972 : Mr Alfred Genicot

v           1972 - 1984 : Mr Michel Collart

v           1984 – 2000 : Mr Louis Boly

v           Depuis 2001 : Mr Didier Rase

 

·          Responsable de la Dramatique :

v           1863 - 1884 : Mr l'Abbé J.J. Toussaint

v           1884 - 1924 : Mr Jules Marchal

v           1924 - 1934 : Mr Jean Dubois

v           1934 - 1989 : Mr Jean Marchal

v           1989 - 1991 : Mr Arnold Maes

v           1991 - 1998 : Mr Léonce André

v           1998 - 1999 : Mr Jean-Pierre Hontoir

v           1999 - 2009 : Mr Jules Balthazart

 

v           2009 - 2013 : Mr Paul Fontinoy Jr

 

 

   Depuis 2013 : Mr Jory Deleuze

 

·          Composition actuelle du Comité :

v           Président : Didier Boly

v           Vice-Président : Didier Rase

v           Trésorière : Mme Colette Minet

v           Secrétaire : Maurice Debaty

v           Commissaires : Emeline Warnand,  Daniel Carpentier, Michel Daussy, Jory Deleuze, Paul Dresse, Paul Fontinoy Jr, Serge Rase, Gary Rodric.

 

BREF HISTORIQUE DU GROUPEMENT

Notre fanfare née à Noël de l’an 1863, est probablement le plus ancien groupement culturel de la commune de Gesves. Depuis sa création par l’Abbé Jean-Joseph Toussaint, la société a toujours compté deux activités : la musique et l’art dramatique. L'Abbé Toussaint, curé de Faulx-Les Tombes était un grand amateur de musique, il jouait de l'harmonium. La société avait comme but premier de procurer à la jeunesse un délassement sain et instructif, et rehausser toutes les fêtes, et cérémonies religieuses, et particulièrement les processions. A cette époque, il n'existait que deux fanfares dans la région : la Fanfare Sainte-Cécile d'Assesse créée en 1850 et la Fanfare de Samson-Brumagne qui a vu le jour en 1852.

Notre section théâtrale, tout comme la Fanfare, est créée en 1863 par l’Abbé Toussaint, curé de la paroisse de Faulx-Les Tombes, pour contribuer financièrement au soutien de la Fanfare.

Lors de la fondation, le premier Président est bien naturellement : l'Abbé Toussaint et le Président d'Honneur : Monsieur le Baron de Godin d'Arville. La direction de la musique est confiée à Monsieur Pirlet de Samson qui dirige également de la Fanfare de Samson-Brumagne.

En 1866, une souscription est ouverte par l’Abbé Toussaint pour l’achat d’un drapeau représentant la fanfare.  A l’occasion de la kermesse le 5 août 1866 (date toujours conservée et appelée « Fête de l’été » actuellement), Monsieur Spirlet, chef de musique coiffé de son képi orné d’une  lyre, défile avec la jeune fanfare dans les rues du village. A la tête de celle-ci, le premier porteur de l’étendard flambant neuf est ... Lambo. Il est constitué d’une hampe sur laquelle est fixée l’étoffe de couleur grenat, bordée de fils d’or. L’ornement intérieur est formé d’une ramification de laurier, également en fils d’or partant du bas et remontant vers le haut et par l’extérieur. En haut, deux mains serrées en fil d'argent, symbolisent l’union. Plus bas deux instruments sont croisés : un cor et un clairon. Sur le tout, une partition avec quelques mesures du chant « Vers l’Avenir » qui souhaite longue vie à la jeune phalange. Le bas du drapeau comporte l’écusson bordé de fils d’or avec l’inscription : « Fanfare l’Union des Tombes - Faulx 1866 ». En 1914, la hampe sera surmontée de deux couronnes afin d’y suspendre des médailles et terminée par un lion monté sur un socle. Ce drapeau, véritable relique de notre société est maintenant conservé avec beaucoup de précaution dans un meuble dans le local.

Lors du début de la troupe de théâtre, des traces de location de perruques et de costumes figurent dans les premières pages du premier livre de comptes de la société. La première pièce théâtrale dont nous avons trouvée trace remonte à février 1869. Il y avait au programme « L’avare » de Molière. Nous relevons des spectacles en 1871, 1876 et 1878.

Henri Labory remplace Monsieur Pirlet en 1871, il est aussi directeur de la Musique du Régiment des Carabiniers. C’est ce chef de musique qui marque assurément nos débuts et qui lance réellement la phalange musicale. Il compose de nombreux morceaux de musique que nous possédons toujours dans notre bibliothèque.

Les années 1882-1883 furent très pénibles pour notre société, avec la mort de  l'Abbé Toussaint, du Baron de Godin d'Arville et de Monsieur Labory.

Joseph Bailly, instituteur, devient Président en 1884 et Jules Bastin chef de musique en 1882. Originaire de Chimay, Monsieur Bastin assure également la direction de la Musique des Carabiniers, de l'Harmonie Communale de Ciney,  des Fanfares de Spontin et Havelange.

En 1883, un nouvel instituteur Jules Marchal s’installe à Faulx-Les Tombes, c’est, grand amateur d’art dramatique. En décembre 1884, il devient régisseur et présente : « Le secret des Pardaillans ». En 1889, devant une assistance très nombreuse, notre troupe se surpasse dans l’opéra : « Joseph vendu par ses frères » de Mehul, véritable triomphe qui marque l’apogée de Jules Marchal, qui tenait le rôle de Jacob. Jules Marchal dirige la troupe dramatique de 1884 à 1914 début de la 1ère guerre mondiale.

Au début du vingtième siècle, notre fanfare compte 40 musiciens et donne plusieurs concerts dans la province de Namur, en 1901 à Bruxelles sur la place Stéphanie et en 1910 à l'Exposition Internationale de Bruxelles.

Jules Bastin dirigera la phalange de 1882 à 1919, très déprimé par la guerre 1914-18 il est remplacé en 1919 par Joseph Dubois.

Joseph exerce le métier de tailleur pour hommes, il dirigera aussi la Fanfare de Ohey (1919 à 1929) et la Fanfare de Gesves (1929 à 1932). Ce sera le premier habitant de la commune à prendre les fonctions de Directeur de la musique.

Notre fanfare devient Société Royale en décembre 1924. 

Jean Dubois, instituteur également, prend la direction de la troupe de 1924 à 1932. C’est en mars 1926 que Jean Dubois réalise le meilleur spectacle de sa carrière « Blanchette ». Nommé en 1932, instituteur à Gesves, il est remplacé par Joseph Dubois jusqu’en 1933. 

Elle organise en mars 1925, un festival de musique avec au programme 8 fanfares de villages voisins qui donnent des concerts pendant 4 dimanches consécutifs.

En 1929, notre société se constitue en A.S.B.L. Les premiers statuts sont publiés au Moniteur belge le 18 septembre 1929.

En 1930, c’est grâce au travail de plusieurs musiciens que la construction de notre local est concrétisée, la structure actuelle de la « Salle l’Union » sera effectuée en 1960.

En 1934, Jean Marchal prend la direction de la « Dramatique ». Elève de Monsieur Jean Cuiverson, professeur de diction et directeur du Grand Théâtre Royal de Verviers, il suit les cours d’art dramatique et de diction pendant 2 années, bagage qu’il va utiliser à merveille. Son beau-frère Gilbert Balthazart le remplace durant la guerre 40-45. Les bénéfices réalisés par les spectacles étaient versés au Comité des Prisonniers.

En 1935, Joseph Dubois Chef de musique très malade cède la direction musicale à  Adolphe Bastin, fils de Jules Bastin, ancien directeur. Il dirigera notre fanfare jusqu’en 1939.

La guerre 1940-1945 décime le groupement, mais avec l’acharnement et la volonté de Jules Boly pour la partie musicale et de Jean Marchal pour la partie théâtrale les activités reprennent. Rentré de captivité le 15 mai 1945, il écrit la pièce en 2 actes « Un drame dans le maquis » que la troupe interprète les 18 novembre et 9 décembre 1945. Sous sa houlette, toutes les grandes œuvres ont été jouées, du drame à la comédie en passant par l’opérette française et wallonne. Parmi celles-ci, on peut citer : Le Bossu, Les 3 Mousquetaires, Monte-Cristo, Jeanne d’Arc, Madame Sans-gêne, Les Misérables, Napoléonette, Napoléon, Michel Strogoff, Le Gondolier de la Mort, Le Pater, Nosse Curé au Viladge, Lolotte, Su l’Huche, Gréta, Li Novia Maisse di Scole, Les Frères Mathonet et plusieurs opérettes de Paul Depas. Les années cinquante seront les années d’or pour la troupe théâtrale.

 En 1945, Monsieur Franz Tasiaux, industriel à Bruxelles et résidant au Spèmont  à Maizeroulle devient Président d’Honneur. Monsieur Gustave Istat de Thon-Samson est nommé Chef de musique. Sous sa direction, la fanfare joue son premier concert d’après-guerre, le 18 novembre 1945. Hélas, il meurt en juillet 1947.

A cette époque, la phalange compte 30 musiciens. En 1951, Monsieur Jean Marchal remplace Jules Dubois à la Présidence et René Delisée prend la direction de la musique dès le 1er août 1947.

Monsieur Delisée, originaire de Thon assure la fonction de sous-chef de musique de la Fanfare Les Volontaires de Thon et directeur des Fanfares de Rhisnes et de Dave. Sous sa direction, notre phalange musicale se présente en 1959 au concours classement de la Confédération Musicale de Namur-Luxembourg et est classée en 1ère Division. C'est sous sa baguette que nous nous sommes présentés à de nombreuses manifestations ; Notamment en 1958 à l'Exposition Universelle de Bruxelles dans le cadre de Belgique Joyeuse.

Un festival de fanfares est organisé les 4 et 18 août 1963, année de notre centenaire. Les Fanfares de Courrière, Gesves, Thon, Faulx, des Chemins de Fer de Namur et l'Harmonie de Floreffe y participèrent. René Delisée compose à cette occasion la « Marche du Centenaire ». Durant ces années, la maîtrise de Monsieur Delisée a pu mettre en valeur les talents musicaux des différents pupitres dans des œuvres célèbres comme : Cortège Héroïque, l’Ouverture du Barbier de Séville, Poète et Paysan etc...

La section théâtrale se distingue à son tour et reçoit pour la première fois dans notre pays, la médaille d'or de la Fédération Nationale des cercles dramatiques.  Cette distinction ayant pour but de récompenser le cercle amateur le plus ancien de Belgique.

1969 est une année bien triste pour la société. En janvier, Monsieur Franz Tasiaux notre Président d’Honneur nous quitte et le 31 décembre Monsieur Delisée s’en va le rejoindre.

En 1970, la Présidence d’Honneur est reprise par Messieurs Jacques et Philippe Tasiaux, fils de Monsieur Franz Tasiaux. La direction de la musique est confiée à Monsieur Alfred Génicot, tuba-solo à la Fanfare Royale de Samson Brumagne. Il dirigera nos musiciens jusqu’en 1972.

Le début des années 70, est marqué par le vieillissement de notre phalange, ainsi la section musicale ne comptait plus qu'une vingtaine de membres. En 1972, c’est sous l’impulsion de Michel Collart un de nos instrumentistes chevronnés que l’école de musique voit le jour.  Sous sa baguette, la société prend un nouvel essor avec de nombreuses participations dans la province et notamment au concours classement de la Fédération Musicale Namur - Luxembourg le 28 janvier 1979. La société se classe en 1ère Division - 1ère Section, atteignant ainsi son plus haut niveau musical. Michel Collart et Louis Boly formeront  de nombreux jeunes, pour arriver à produire en 1975, un grand concert avec 25 élèves de moins de 20 ans.

En mars 1984, la RTBF Namur nous fait l’honneur de passer sur ses ondes avec la comédie wallonne « Su l’Huche ».

En août 1984, Louis Boly devient Directeur de la Musique, et succède ainsi à Michel Collart démissionnaire. Monsieur Boly, excellent bugle-solo donne à la société un nouvel essor.

1988 restera marqué par l'organisation du 125ème anniversaire. Quatre journées musicales sont organisées avec la participation des Fanfares de Gesves, Ohey, Hamois, Courrière, Chemins de Fer de Namur, Samson-Brumagne, de l'Harmonie St-Charles de Floreffe et de l'Ensemble de Cuivres dirigé par Luc Capouillez. Pour marquer cet événement,  Louis Boly composera une marche intitulée: « 125 ans - L'Union en avant ».

Le 29 mars 1989, nous sommes touchés par le décès de Jean Marchal qui nous quitte après avoir œuvré pendant 58 ans à la direction de la section théâtrale et 38 ans à la présidence de la fanfare.

 Le comité  perd « Le Patron » incontesté du groupement, il laisse un grand vide et surtout un grand flou quant à la poursuite des activités.  De nombreuses pièces et revues locales ont aussi été écrites par Jean Marchal et interprétées par notre troupe dont les principales: 73ème Parallèle, Le Pirate Noir, Caravane vers le Sud, les opérettes Pitchounette, Valse Tsigane, Dragonette, Fanchette, Minnie la Fille du Far-West, Zorro, Fanfan-La Tulipe, Bar…OK, Faulx-Les Tombes….T.

C'est Jean-Pierre Hontoir industriel à Faulx-les Tombes et Président de la fédération des scieries mais aussi 1er baryton dans la fanfare qui lui succède.

Sans attendre, le comité décide d’ouvrir la porte toute grande aux jeunes désireux de progresser. Le nouveau président n’a qu’à se féliciter de cette décision. En effet de nombreux membres participent à la rénovation du local, à la publicité du groupement ainsi qu’au recrutement en masse de nouveaux musiciens et acteurs.   La machine est une nouvelle fois relancée.

Depuis la disparition de Jean Marchal, plusieurs régisseurs se sont succédés à la tête de la section théâtrale : Arnold Maes (1989-1990), Léonce André (1991-1997),  Jean-Pierre Hontoir (1998).

Louis Boly et  Didier Rase poursuivront la formation de nombreux jeunes au sein de notre école de musique. Au concert de Noël en 1996,  53 musiciens sont au pupitre avec une moyenne d'âge de 37 ans. Cette même année notre troupe  participe à la Coupe du Roi Albert 1er avec la comédie wallonne Roucoutoucou sous la direction de Léonce André.

1999 est marquée par la disparition prématurée de nos deux Présidents d’Honneur Jacques et Philippe Tasiaux. Décidément les années se terminant par 9 ne nous sont guère favorables. Messieurs Jean-Pierre et  Robert Tasiaux, fils de Jacques reprennent le flambeau.

Au début de l’année 1999, Jules Balthazart prend la régie et la mise en scène de la troupe composée d’une quinzaine d’acteurs. Il a été formé à l’école Jean Marchal, avec qui il a joué pendant plus de 30 ans. Il assure aussi le poste de Secrétaire de l’A.S.B.L. Fanfare Royale l’Union depuis 1970 et est également musicien au pupitre des basses. Dès le départ Jules ramènera un nombreux public lors des spectacles. Jusqu’à ce jour notre troupe composée d’une quinzaine d’actrices et acteurs, présente chaque année dans notre local, deux spectacles en wallon, le week-end qui précède Noël et celui qui suit Pâques. Depuis 2000, la troupe s’exporte aussi très bien avec des prestations avec « Les Foufouyes » à la Coupe du Roi Albert 1er,  Wanfercée-Baulet (Hainaut), Vezin, Namêche, Courrière, Thon-Samson, Ciney, Eghezée et Namur (Salle Cinex).

Fin 2000, Louis Boly décide après 16 années d'arrêter la direction musicale. Il souhaite ainsi assurer la relève en prodiguant à son successeur son soutien, son expérience et ses conseils. Il reprend place au pupitre des bugles.

Début 2001, Didier Rase reprend la direction de la fanfare. Un souffle nouveau apparaît en cette fin du siècle avec un nombre croissant de sorties pour la Fanfare, nous passons de 15 prestations en 1990 à 33 en 2002, sous forme de concerts, animations musicales, défilés et processions. Le nombre de musiciennes et musiciens varie entre 35 et 45 unités.

Avec les Fanfares de Gesves, Courrière et Ohey, un concert commun est organisé le 1er avril 2002  réunissant  environ 100 musiciens au profit du Télévie de RTL-TVI. 

A partir de 2002, la section théâtrale se produit dans de nombreuses représentations de grande qualité comme : Polite n’étind pus, Bon song ni pout minti, On pépé, ça va … 4 bondjou les dêgats, On rin fêt bramint, Plumes, Plumes, Tral-la-la, C’est audjourdu Dimègne, Rosse di Tchêt et One bèle biesse, Li servante da Fifine, Faît pus tranquile vèci, Pêchon d’avri, Dji vous … dji n’pous, Rastrinds, Bèle-mère, Adhémar, Li cent’naire si marie, Faut nin rêver, On pépé, ça va… 4 bondjou les dégats, On rin faît bramint, Plumes, plumes… tralala, C’est audjourdu dimègne, Rosse di Tchêt, One bèle biesse, Si djaureu seû çà, Li Star dè Rock, Dins nosse pitit cabarèt et Les vwèzins d’au dzeu.

Nous avons un public très fidèle, qui nous vient des 4 coins de la Province de Namur (75 % des spectateurs sont extérieurs au village) et qui apprécie énormément notre wallon, è nos estant fièr di nos linguach !

En 2009, la section théâtrale a donné 6 prestations dont 4 à la Salle l’Union à Faulx-Les Tombes et 2 à l’extérieur. C’est aussi en 2009 et pour raisons de santé que Jules Balthazart cède la régie et la mise en scène à Monsieur Paul Fontinoy Fils. Notre Phalange musicale a maintenu à 27 le nombre de ses prestations avec en moyenne 25 à 35 musiciennes et musiciens tant aux sorties qu’aux répétitions hebdomadaires.

Paul Fontinoy Fils présente la troupe pour la première fois au Festival de Théâtre Wallon de Ciney en 2011 avec la comédie wallonne « Daladje èt Comèladjes ». Selon la presse locale, notre société fait un tabac, elle titre : « Triomphe pour Faulx-les Tombes ». Elle ne s'est pas trompée, nous récoltons 6 prix sur 12 : le prix du Jury, du Public, de la meilleure maîtrise de la langue wallonne, de la meilleure actrice (Marie-Rose Botton), du meilleur acteur (Pol Nigot) et de la meilleure jeune comédienne (Laura Blom). Plus de 450 spectateurs abonnés au Festival ont applaudi (debout) notre troupe lors de la présentation finale.

Le 21 décembre 2011, le Bourgmestre José Paulet et le conseil communal de Gesves tiennent à féliciter les membres de la troupe de la fanfare l’Union pour sa brillante victoire au festival de Ciney. Un « diplôme d'excellence » pour la magnifique interprétation et la mise en valeur du théâtre Wallon Gesvois est remis à cette « dream team ».

En 2012, Didier Boly remplace à la présidence Jean-Pierre Hontoir qui aura été à la tête de notre groupement pendant 23 ans. Didier Rase succède au vice-président Louis Boly malheureusement décédé. 

Début 2013, année du 150ème anniversaire Jory Deleuze reprend la mise en scène de la troupe théâtrale accompagné de Michel Daussy à la régie.

De nombreuses festivités sont au programme de l’année 2013, comme plusieurs pièces de théâtre, un hommage au monument du fondateur et l’apothéose le 6 octobre lors de la fête de l’automne. Actrices, musiciennes, acteurs musiciens et bénévoles proposaient un spectacle revue « La route de l’Union », histoire, sketches, chansons, musique orchestrale illustraient la vie de la société tout au long de ses 150 années. Cette idée originale de Jules Balthazart et arrangée par un petit comité fut un régal pour le public présent.

Le 9 janvier 2014 plonge notre société dans un nouveau deuil, Jules Balthazart tire sa révérence en laissant derrière lui un vide profond au sein de notre groupement.

Et, … si le cœur vous en dit, nous invitons tous ceux et celles qui sont intéressés à partager notre passion culturelle à nous rejoindre. Je peux vous assurer qu’ils trouveront  la satisfaction de donner la « bonne réplique » ou « la bonne note », mais surtout qu’ils passeront d’agréables moments de détente dans un sain esprit de camaraderie.  Un esprit sociétaire est nécessaire à la vie de la Fanfare et les jeunes doivent continuer l’œuvre des aînés pour que vive encore très longtemps la Fanfare Royale l’Union de Faulx-Les Tombes !